Le RTE

Les territoires d'expérimentation en France

Quatre territoires en France, comprenant des caractéristiques spécifiques et, surtout, des niveaux d’entrée différents en termes de structure porteuse de l’expérimentation, ont déjà manifesté leur intérêt pour expérimenter un RTE, à des degrés différents.

Vous êtes intéressés par le Revenu de Transition Écologique?

Vous êtes une commune ou une ville intéressée par l'expérimentation d'un RTE? Contactez nous afin d'avoir plus d'informations!

Les territoires engagés

Grande Synthe

Depuis les années 70 et plus intensément encore depuis la prise de conscience de l’urgence écologique, Grande-Synthe (59) est une ville laboratoire d’innovations sociales et environnementales qui écrit en actes l’histoire de la transition. Membre du réseau Villes en Transitions (mouvement international impulsé par Rob Hopkins), c’est la première ville à avoir signé une convention avec Zoein pour lancer l’expérimentation.

«Cet outil permet de développer localement des dispositifs à visage humain pour anticiper et produire des activités à finalité écologique au cœur de notre ville. Avec les habitants, l’innovation écologique, pensée et choisie, nous offrira le temps nécessaire de la transition.»

Damien Carême
Maire de Grande-Synthe au moment du lancement du projet

Le projet a été lancé officiellement en mai 2019, structuré en Sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) sous forme de Contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE), constituant ainsi la première Coopérative de transition écologique en France. Son objectif est d’être opérationnelle dans l’année suivant sa création, afin de pouvoir faire signer rapidement des contrats d’appui au projet d’entreprise (Cape).

L'écosystème coopératif Tera

Tera est un projet expérimental qui vise à co-construire, dans une zone de revitalisation rurale, un écosystème coopératif facteur de développement territorial et de cohésion sociale pour son territoire de vie, se donnant pour missions de:

  • Développer une organisation collective
  • Construire et échanger avec le territoire
  • Relocaliser
  • Respecter les équilibres naturels
  • Valoriser leurs activités en monnaie citoyenne locale
  • Distribuer un revenu d’autonomie

Dans un rayon de 30 km autour de Tournon d’Agenais, située dans le Lot-et-Garonne (47), il se donne 5 ans pour y relocaliser 85% de la production vitale à ses habitant·e·s, abaisser son empreinte écologique à moins d’une planète, valoriser cette production en monnaie citoyenne locale, émise via un revenu d’autonomie d’un euro supérieur au seuil de pauvreté pour chacun.e de ses habitant·e·s. Suivi par un conseil scientifique, il veut montrer comment un revenu d’autonomie en monnaie citoyenne locale est un facteur de développement territorial et de cohésion sociale pour les zones de revitalisation rurale (plus d’une commune sur trois en France, soit près de 14'000 communes).

Actuellement, une quinzaine de permanents travaille à Lartel. Une trentaine de volontaires gravite régulièrement autour du lieu. L'association compte plus de cinq cents adhérents.

Des activités d’éco-construction, de maraîchage, de compost, mais aussi de gestion administrative ou d’entretien du terrain sont réalisées quotidiennement. Aujourd’hui, quatre revenus d’autonomie ont pu être versés, à 865€ par mois, dont 85% en Abeille, la monnaie locale de la région.

La haute vallée de l'Aude

Ce territoire est essentiellement agricole. Les questions environnementales, avec une diminution inquiétante des réserves en eau, et sociales, avec un très fort taux de chômage et des revenus très bas, sont au coeur des préoccupations du Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE). Il développe depuis trois ans la coopération et la transversalité pour faire face aux enjeux économiques du territoire. Il comprend environ 150 communes pour 45'000 habitants. Le PTCE accompagne la mise en place du plan alimentaire territorial et le développement d’un cluster de l’éco-construction.

Accompagnée activement par le Département, la mise en place d’un revenu de transition écologique est perçue comme un moteur de la réponse à l’urgence écologique.

Les territoires intéressés

La communauté d'Agglomération d'Épinal

La communauté d’Agglomération d’Épinal (CAE) est candidate à la deuxième phase de l’expérimentation «Territoires zéro chômeur de longue durée» (TZCLD) qui doit débuter en 2020. Les 10 premiers territoires TZCLD ont montré que 40 à 60% des emplois créés touchent la transition écologique sous quelque aspect. Cette initiative, démarrée en 2018 dans la région, est portée par des bénévoles du groupe local d’ATD Quart Monde. Il existe dans les Vosges Centrales un «Schéma de cohérence territoriale» (SCoT), avec une forte ambition en termes de transition écologique. Une candidature «territoire à énergie positive» est par exemple est en cours de lancement.

Il est ainsi envisagé de fédérer toutes ces idées et de tester conjointement TZCLD et le revenu de transition écologique sur un territoire candidat, en y associant le SCoT avec la déclinaison de son Plan climat. Ceci dans le but d’explorer les opportunités de création d’emploi.